• Le devoir de Lakevio

    La Grippe s'aggripe

    Saurez-vous raconter une petite historiette sur ce tableau coquin,

    en cent mots exactement, pas un de plus, pas un de moins ?...

     

    Conte et Comptage lundi !

     

     

    Tout d’abord, je remercie Praline* pour le titre tongue.

    A première vue, ce tableau ne m’inspirait pas.

    Puis ma  puce est tombée à la renverse de son  fauteuil,

    Quand la Grippe s'agrippe

    son pantalon étant descendu dans l’action,

    elle s’est retrouvée dans cette position.

     

    Elle a éclaté de rire en me disant Mamie,

    on voit mon petit cul cul.

     

    Je devais la garder mercredi, mais la grippe s’est invitée,

    grippe sur-infectée, pour elle.

     

    Ma belle fille étant partie pour une semaine,

    ma puce ne pouvant aller à l’école,

    j’ai prolongé mon séjour jusqu’au vendredi.

     

    Et cerise sur le gâteau, mon fils est tombé malade !

     

     

    * En réponse à mon commentaire, dans l'article en lien.

     

     


    20 commentaires
  •  

    En cette journée "de la femme",

    "des droits de la femme"

    il me revient "une anecdote".

    En 2002, ou 2003, je ne me souviens plus exactement,

    était programmée : Madame Marguerite,

    pièce de théâtre avec Annie Girardot, à Crest.

     

    Aimant beaucoup Annie Girardot,

    j'ai décidé de profiter de cette chance,

    de pouvoir la voir dans notre commune.

     

    Mon mari, lui, pestait lorsque je regardais ses films,

    ainsi d'ailleurs que ceux de Romy Schneider,

    pour lui, c'était à cause de femmes telles que ces actrices,

    que "les femmes" s'étaient libérées, et qu'il avait divorcé une première fois !

    J'avais tendance à ne pas le prendre au sérieux, pour rendre plus supportables

    ses réflexions plus que désobligeantes.

     

    Lorsque je suis partie pour voir la pièce, il m'a dit :

    "tu peux même rester coucher là bas, si tu veux".

     

     Notre couple allait déjà mal...

    En 2004, nous avons divorcé !

     

    Et oui, lorsqu'on est élevée dans la violence paternelle,

    il faut du temps pour cerner ce qui est acceptable ou non...

    Je suis quand même restée avec lui durant 20 ans...

     

     

    J'ai beaucoup apprécié la pièce,

    et malgré sa fatigue Annie Girardot a fait une longue séance de dédicaces.

     

     


    8 commentaires
  •  

    Dimanche c'était la

    N'ayant pas habitué mes fils à la souhaiter,

    je n'attendais donc rien de spécial ce jour là.

    (Je viens de chercher sur la toile, elle a été créée

    en 1987 par le café du même nom..)

     

    Vers 21h, j'entends une sonnerie, différente de l'habitude,

    sur mon téléphone portable.

    Je cherche l'icône caméra pour répondre (c'est sur messenger)

    et j'ai la surprise de voir mes deux ptits bouts.

    Ma puce me dit : "Bonne fête Mamie Fabie",

    et mon poussin la tétine dans la bouche,

    m'envoie des bisous.

    Toute émue, je les remercie et leur dis :

    "Vous êtes des amours".

    Ma puce me répond :

    "Non des amours c'est qu'on est amoureux,

    nous on n'est pas amoureux !"

     

    Voilà, j'ai voulu lui demander si elle avait un amoureux,

    mais ce we notre connexion internet était aléatoire,

    et nous avons été interrompus.

     

    Ils m'ont vraiment fait très plaisir !

    Je n'ai pas manqué de remercier les parents, le lendemain,

    car bien évidemment, mes petits sont trop jeunes

    pour y penser tous seuls !

     

    Photo tirée d'une superbe vidéo, où ils dansent tous les deux.

     


    9 commentaires
  • Devoir de Lakevio  

    Étrange Destin

     

    Comme le destin est étrange, parfois.

    Mon amie, qui est en fait la sœur de ma meilleure amie,

    vient le même jour :

    - d'être grand mère d'une petite Domitille,

    - et de perdre sa mère.

     

    Que lui écrire ?

    Quel mélange d'émotions tellement différentes !

    Qu'est ce qui prime ?

    Le bonheur, ou la peine ?

     

    J'essaie de me mettre à sa place, pour savoir.

    Devenir grand mère, je connais.

    Perdre ma mère, non.

    Mais j'ai perdu, en ce début d'année,

     ma marraine dont il a été dit

    que j'étais sa fille de cœur,

    et avec laquelle j'avais une relation privilégiée.

     

    Comme pour ma marraine, la maman de mes amies

    était fort diminuée, et son décès est quelque part

    une délivrance, tellement sa vie, durant ces dernières années,

    était une non vie.

     

    Néanmoins, la peine est là,

    car on sait que l'on ne les reverra plus !

     

    Bon allez, mon mari s'impatiente,

    il faut que je me lance :

     

     

    "Malgré tout",

    le terme n'est peut être pas le bon,

    mais je ne vais pas faire attendre, plus longtemps, mon mari,

    alors tant pis, je l'envoie comme ça !

     

    Je pense très fort à mes amies,

    qui doivent ressentir un grand vide,

     ainsi qu'à cette petite fille,

     née le jour du décès de son arrière grand-mère.

     

     

     


    19 commentaires