•  

     

    Sur une demande de Juliette

     

    "Bon, bref, tout ça pour vous dire que j'aimerais bien aller visiter demain vos blogs

    et y voir des choses agréables à lire,

    marrantes, rigolotes, charmantes, émouvantes."

     

     

    C'était au début des années 1980,

    je travaillais en Savoie, dans un centre de vacances.

    C'était durant la saison d'été,

    c'est sûr, car je portais une jupe.

    En hiver, nous étions dans la neige de décembre à mars,

    alors je n'étais qu'en pantalon...

     

    Le Dou de la Ramaz , Longefoy/Aime 

     

    Donc, un après midi, alors que je vais

     reprendre mon travail,

    je sors, et referme la porte du garage.

    (en fait, j'avais dû mettre une lessive,

    dans la pièce commune prévue à cet effet,

    cette pièce se trouvant au sous-sol,

    je suis sortie par le garage qui était au même niveau) 

     

    Donc, après avoir refermé la porte,

    je me sens retenue par quelque chose !

    Je me retourne, et m'aperçois 

    que ma jupe est restée coincée dans la porte.

    Porte, qui ne s'ouvre à l'extérieur qu'avec une clé,

    clé que bien entendu je n'ai pas sur moi !

     

    Je regarde autour de moi, personne pour venir me délivrer !

    Je n'ai pas le temps d'attendre que quelqu'un passe,

    en effet je reprends le travail dans 5 minutes !

     

    Je défais donc la fermeture de ma jupe,

    me baisse pour l'enlever par le haut,

    me dirige en vitesse, en petite culotte, à l'entrée principale du bâtiment,

    descends au sous-sol, ouvre la porte du garage,

    récupère ma jupe, la remets, et pars en courant à mon poste !

     

    Vous visualisez l'image ?

    Bon j'avais entre 22 et 24 ans,

    j'étais plus souple et vive que maintenant !

     

    Coincée !

     

     


    15 commentaires
  •  


    Une vidéo envoyée à Zhom,

    (à voir ICI)

    nous a rappelé une mésaventure survenue à un ami.

    Celui-ci, ingénieur, de grande qualité, est doué

    pour se mettre dans dans d'improbables situations !

     

    Une fois, alors qu'il devait décrocher un volet,

     il est monté sur une échelle,

    et pour retirer le volet,

    il a passé le bras entre deux barreaux.

    Bilan, il s'est retrouvé coincé 

    dans l'échelle, avec le volet dans les mains...

     

    Pour le mariage du fils aîné de Zhom,

    il a cherché tout l'après-midi,

    l'endroit où avait lieu l'échange de vœux,

    lorsqu'au repas du soir nous avons allumé le téléphone portable,

    il  y avait laissé au moins dix messages...

     

    Une autre fois, alors qu'il voulait brûler des broussailles,

    il a versé dessus un savant mélange d'essence et d'alcool à brûler,

    puis entendant le téléphone sonner, il est allé répondre.

    Une dizaine de minutes plus tard, il est revenu pour allumer le feu,

    le temps de craquer l'allumette, et de se rendre compte qu'il faisait une bêtise,

    trop tard, ses cheveux avaient pris feu...

     

     A chaque rencontre, sa femme a une nouvelle

    anecdote à raconter, mais elle n'est pas toujours tendre avec lui,

    et semble être irritée de vivre avec quelqu'un qui est souvent dans la lune !

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Petite anecdote.

     

    En 2007, quelques mois après le décès

    de sa mère, 

    Zhom  a reçu un courrier de la mairie,

    lui demandant d'effectuer le raccordement

    des eaux pluviales au réseau de la commune.

     

    Menottes

     

    A l'époque nous venions uniquement durant le we,

    rendez-vous fut pris, un samedi matin, avec le maire.

    Zhom lui expliqua son étonnement,

    du fait que toutes les maisons autour de la nôtre

    soient déjà raccordées depuis des années,

    et pas la nôtre !

     

    Le maire, lui a répondu gêné,

    qu'une tentative avait été faite

    par un agent de la commune de contacter sa mère,

    mais que celui-ci s'était retrouvé attaché à la grille

    par des menottes !!!

     

    Menottes

     Zhom se souvenait bien que sa mère lui avait raconté

    cette histoire de menottes, mais ne savait pas ce qu'était

    venu faire cet agent communal...

     

    En fait elle était en conflit avec la commune

    qui faisait un rond point au-dessus de sa maison.

    Elle  n'avait pas écouté ce que venait faire cet employé,

    et avait utilisé les menottes que possédait son mari,

    car il avait été gendarme !

     

    Voilà pourquoi la commune n'avait pas insisté...

    Nous en avons bien ri !

     

     

     


    5 commentaires
  • Pour vous faire sourire !

     

     

    La belle fille de Zhom, ce matin, (elle est infirmière à domicile)

     

    à 6h du matin, son premier patient  :

     

    - bonjour, vous avez un tatouage ?

    - Oui

    - ah moi aussi.

    - ok

    - il est juste là où il faut, et j’ai marqué twingo

    - ok

    - oui parce qu’elle est petite mais elle a tout d’une grande .......

     

    La conclusion de la belle fille  :

    "Une belle journée s'annonce !"

     

     

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique