•  

    Nos enfants nous ont fait avaler à tous des couleuvres... 

    Lorsque nous nous en apercevons nous nous trouvons bien bêtes !

     

     En 2004, alors que nous étions en vacances en Vendée,

    et de sortie un soir dans la rue piétonne de Saint Jean de Monts,

    mon fils aîné (17 ans à l'époque) ,

    nous a raconté s'être fait aborder par des jeunes

    lui proposant des produits interdits.

    Il leur a répondu qu'il n'était pas intéressé, parce qu'il en cultivait.

    Je lui ai dit c'est bien, tu t'en es bien sorti.

    Il a même rajouté que les gars lui avait demandé s'il en vendait,

    ce à quoi, il a répondu que c'était pour sa consommation personnelle !

     

    J'étais contente de sa répartie...

     

    Quelques années plus tard, j'ai appris

    qu'il n'avait fait que dire "la vérité" !

    Je n'ai pas été fière ni de moi ni de lui...

     

    Bon, j'en ai fait avaler pas mal à mes parents...

    Mais jamais à ce propos,

    même si j'avais des copains qui consommaient,

    et avaient voulu, un jour, faire arriver un colis chez moi...

    Déjà que mon père ouvrait les lettres à la vapeur,

    et les refermait avant de me les donner (ou pas),

    il était inconcevable qu'un tel paquet passe par ses mains.

     

    Et vous, vous avez avalé ou fait avaler de grosses couleuvres ?

     

     


    4 commentaires
  • Devoir du Goût N°19

     

    Rivage au clair de lune
    Caspar David Friedrich - Kunsthalle de Hambourg

     

    SUJET

    Sur cette plage étrange,

    je pressens des événements surprenants se déroulant sous la lumière de la Lune.


    Dites nous ce que vous inspire cette inquiétante lumière traversant avec difficulté ces nuages tempétueux.


    Je vais tenter quant à moi d’y lire quelque chose d’ici lundi… 

     

     

    La lune, timidement, tente d'éclairer la plage de Noirmoutier,

    mais ce qu'elle voit, l'attriste,

    et la pousse à  rester abritée derrière les nuages.

     

    Les nuages arrivent en masse,

    hésitant sur la marche à suivre.

    Continuer à obscurcir le paysage,

    ou ruisseler à grandes eaux,

    pour l'arroser, et tenter de le nettoyer ?

     

    Les voiliers sont statiques,

    comme pris au piège !

     

    Ils sont englués par des nappes de pétrole !

     

    L'Erika a fait naufrage le 12 décembre 1999,

    il y aura 20 ans, dans 3 jours !

    A l'époque , la marée noire 

    a envahi les plages vendéennes,

    dont celle de Noirmoutier.  

     

    "Cette tempête n'a pas amélioré la situation sur le front de la marée noire..

    Les vents violents rendent très difficiles les observations aériennes des nappes de pétrole.

    Plus au sud, la situation semble s'aggraver également à Noirmoutier.. "

     


    12 commentaires
  •  

    Mercredi, c'était jour de garde de mes petits.

     

    Mon fils en rentrant, m'a dit qu'il avait discuté durant 

    une demi-heure avec deux dames qui lui avaient demandé

    dans un premier temps où ce trouvait une maison

     qui était à vendre dans la commune.

     

    Pas au courant, mon fils s'est fait expliquer 

    ce que disait l'annonce et a pu les renseigner.

     

    S'en sont suivies tout un tas de questions :

    Est ce que c'est calme ?

    Oui, mais il y a une activité agricole,

    l'été les tracteurs et moissonneuses tournent 

    tôt le matin, jusqu'à tard le soir.

    Est ce que les champs sont cultivés en bio ?

    Non, autour de cette propriété, l'agriculteur n'est pas en bio.

    Mais est-ce qu'au moins c'est de l'agriculture raisonnée ?

    Vous entendez quoi par agriculture raisonnée ?

    Pas de réponse !

    Parce que vous savez, nous raisonnons tous, nous les agriculteurs,

    c'est compliqué comme métier !

     

    Voilà, il a essayé de leur expliquer les contraintes 

    du métier. Encore des gens de la ville qui veulent

    habiter à la campagne, en avoir les avantages,

    mais pas les inconvénients...

     

    Il parait que le précédent propriétaire de la propriété

    à vendre, avait fait venir les gendarmes,

    un dimanche, car il y avait des va-et-vient

    d'un tracteur transportant du fumier !

     

    Il faut dire que les anciennes fermes, en pierre,

    sont achetées  par des gens argentés

    qui les transforment en gîtes de luxe...

     

     

    Donc à la revente cela devient excessivement cher !

     

     

    Mes petits comme d'habitude ont été bien remuants,

    mais la menace que le père Noël puisse ne pas passer

    a assez bien fonctionné !

    J'ai encore un mercredi, à pouvoir me servir de cet élément de dissuasion.

    Ma puce écrit de mieux en mieux, par contre lui faire 

    apprendre à écrire "c'est" et "ses", "et" et "est",

    sans plus d'explications que liste 1 ou liste 2,

    me parait assez bizarre.

    D'autant que les parents avaient écrit tous les mots

    dans un cahier, sans me préciser de quelle liste ils faisaient partie...

     


    7 commentaires
  •  

    Le Devoir du GOÛT N° 17

     

     

    SUJET

    Quelque chose m’est suggéré en regardant cette toile.
    Mais vous ? Que vous dit cette toile ?

    Si voulez bien faire ce « devoir de Lakevio du Goût », commencez-le par cette phrase

    « J’ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement, car la rue silencieuse bordée d’arbres que je revoyais dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier. »

    Et closez le par

    « Ce fut un chagrin désordonné. » 

     

    Bon, comme je l'ai écrit au Goût,

    cela va être un roman...

     

     

    « J’ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement,

    car la rue silencieuse bordée d’arbres que je revoyais

    dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier. »

     

    Que diriez vous de transposer le XVIème arrondissement,

     pour quelques jours, dans la Drôme, 

    où la neige est tombée abondamment sans discontinuer

    du jeudi 14 novembre à 11h du matin jusqu'au vendredi matin (vers 3 ou 4h),

    lorsque j'ai regardé dehors avec ma lampe frontale, à 3h, il neigeait toujours...

     

    C'était joli, mais j'étais contente que ce ne soit pas le jour

    où je doive aller  garder mes petits.

     

    Dès l'après-midi, plus de réseau sur nos téléphones portables.

    A 22h, plus d'électricité, donc plus de téléphone fixe !

     

    Photo prise le jeudi soir, environ 1 h avant la coupure de courant

     

     Vendredi matin, après avoir allumé la cheminée,

    trouvé des piles pour la radio, et pris notre petit déjeuner

    (heureusement nous cuisinons au gaz),

    et aussi une fois que Zhom ait déneigé à la pelle devant sa voiture,

    nous voilà partis faire des courses.

     

    Route déviée pour aller chez le boucher,

    un camion bouchait la route,

    mais nous le savons maintenant,

    derrière ce camion,  de nombreux arbres étaient couchés sur la chaussée.

     

    Photo prise une semaine plus tard, en revenant de chez le boucher

     

    Tous les arbres sont touchés, il a fallu couper les branches

    pour dégager le passage !

    Et de nombreuses routes étaient dans ce cas !

     

    Tant bien que mal nous sommes arrivés chez le boucher,

    car sur la déviation en pleine campagne, les voitures ne se croisaient pas...

    Le magasin était fermé.

    Nous avons donc rebroussé chemin, pour aller à la ville d'à côté.

    Route bien encombrée par les branches d'arbres, mais ouverte !

     

    Photo prise sur la toile, mais cela ressemblait bien à ça...

     

    Arrivés à la ville, nous avons vu que les magasins là aussi étaient fermés !

    De nouveau nous avons rebroussé chemin, pour aller dans un petit magasin

    où nous allons habituellement.

    Il  appartient à un agriculteur, et nous avions vu qu'un gros groupe électrogène y avait été installé.

    Comme il était encore tôt, nous avons trouvé de quoi manger pour le we.

    Par contre pas de pain, ni dans ce magasin, ni à la boulangerie du village,

    boulangerie ouverte pour écouler les denrées de la veille,

    mais fermée dès l'après-midi.

     

    Le vendredi après-midi nous avons entrepris d'aller

    dans une zone commerciale à 15 kms,

    pour acheter du pétrole pour la lampe.

     

    Là, oh miracle il y avait du courant, et du réseau.

    Nous en avons profité pour donner de nos nouvelles,

    et en prendre...

     

    Dans le magasin de bricolage les gens cherchaient des chauffages d'appoint,

    et des groupes électrogènes.

    Nous nous sommes contentés du pétrole.

     

    Nous sommes rentrés, et avons passé les vendredi, samedi

    et dimanche à écouter radio France bleue Drôme Ardèche,

    pour nous tenir au courant de l'avancée des réparations.

     

    On nous a dit que 80% des foyers retrouveraient l'électricité le samedi,

    et pour les 20% restant, ce serait le dimanche.

    Dimanche matin, nous étions donc confiants...

    Mais du matin jusqu'au soir les chiffres n'avaient pas bougé,

    70 000 foyers sans électricité...

    Il y a eu au plus fort de la crise environ 320 000 foyers impactés,

    dans les départements Loire, Isère, Ardèche, Drôme,

    la Drôme étant le département le plus touché.

     

    Lundi matin, nous avons donc tenté d'aller faire des courses dans la ville d'à côté.

     Les magasins étaient ouverts.

    Mais plus aucune piles pour notre radio

    (elles avaient rendu l'âme le lundi au réveil),

    nous avons fait 4 magasins...

    Plus d’allumettes, non plus !

     

    Du coup, dans la foulée nous sommes retournés

    dans la zone commerciale dans le magasin de bricolage,

    là, j'ai pris les dernières piles !

      

    Lundi, 19h, miracle le courant est revenu !

    Tour du freezer et du congélateur pour voir l'état des denrées !

    Pas trop de mal, les glaces foutues, quelques viandes décongelées,

    et nous avons mangé des ravioles 3 soirs d'affilée.

     

    Nous avons eu de la chance,

    même si le lundi il ne coulait plus qu'un filet d'eau,

    nous en avons toujours eu.

    Nous avons une cuisinière à gaz, et une cheminée !

    Certains n'avaient ni chauffage, ni moyen de faire cuire leurs repas

    voire même ni eau...

    Quand on pense qu'on voudrait que nous roulions avec des véhicules électriques...

     

    Ce vendredi il y a encore environ 1 000 foyers sans courant,

    Enedis pense que dimanche (donc hier lorsque vous lirez)

    tout sera rentré dans l'ordre !

     

    Enfin, tout le monde aura du courant, 

    mais c'est souvent grâce à des groupes électrogènes,

    200 en tout, venus d'un peu partout en France !

     

    De quoi péter un câble !

    Parmi les 200 déjà installés, des pannes de groupes électrogènes ont été constatées à Chabeuil, Portes-lès-Valence et La Chapelle-en-Vercors. "En moyenne, c'est 1 000 litres de fuel à réalimenter toutes les 24 heures, explique Jeanine Doppel, or on n'avait pas assez de transporteurs." Le préfet de la Drôme a pris un arrêté pour réquisitionner les transporteurs de fuel afin de prêter main-forte à Enedis. 

     

    Et les réparations sur le réseau vont prendre au moins un an !

     

     

     

    Ce qui est révoltant, c'est que ces groupes électrogènes

    aient été parfois siphonnés pour en récupérer le gazole !

    Que des groupes électrogènes aient été volés chez des particuliers !

    Que certains hôteliers en aient profité pour augmenter leurs prix,

    alors qu'il fallait loger des naufragés de la route.

    Que certains employés d'Enedis aient dû coucher dans leurs camions,

    (c'est un employé de la Lorraine qui l'a dit à un commerçant,

    il a même ajouté que dans ses pires cauchemars, il n'aurait jamais imaginé une telle situation

    tellement le réseau était mal entretenu...) !

    Lorsque nous avons appris tout cela

    « Ce fut un chagrin désordonné. » 

     

     

     


    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires