•  

    Lundi, nous avons acheté une arche

    pour notre rosier qui penchait dans tous les sens.

    Zhom a passé la matinée à la monter,

    en pestant "un peu" car ce n'était simple !

                    

     

    Le résultat est superbe.

     

     

     

     

    Une abeille se régale avec le lilas d'Espagne planté la semaine dernière.

     

     

     

    Première framboise quasi mûre

     

     Depuis la prise de la photo, je l'ai mangée tongue

     

     

    Le seringat commence à fleurir 

     

     

    Notre jardin embaume d'un mélange 

    de roses, seringat et chèvrefeuille,

    c'est très agréable.

     


    15 commentaires
  • Devoir du Goût N° 39 

     

     

    SUJET

      

    Cette femme attend, mélancolique.
    Dites moi, lectrices chéries.
    À quoi pense-t-elle ?
    Dans votre histoire il y aura ces dix mots :

     

    - Bibi.
    - Légèreté.
    - Trait.
    - Tomenteux.
    - Envie.
    - Nourrain.
    - Gypaète.
    - Nyctanthe.
    - Physique.
    - Nuage.

     

      

    Bon, j'ai commencé par chercher les définitions des mots que je ne connaissais pas.

    Tomenteux [En parlant d'un organe végétal, d'une plante]

     Qui est couvert de poils mous, à l'aspect cotonneux.

     

    Gypaète = Vautour

    Par Richard Bartz, Munich aka Makro Freak 

     

    Nyctanthe = Plante, jasmin de nuit

     

    Nourrain = 

    Jeune poisson utilisé pour repeupler un étang.

    Jeune porc après le sevrage et au début de la période d'engraissement.

     

     

     

     

    Marie semble être dans les nuages,

    elle a les traits fatigués.

    Il faut dire qu'elle a passé une très mauvaise nuit !

    Alors qu'elle voulait cueillir des nyctanthes,

    elle a vu un gypaète foncer sur elle.

    Terrorisée, elle a décampé dans le sens opposé.

    Malheureusement Marie s'est étalée dans la rivière proche,

    là les nourrains,  lâchés la veille par les pêcheurs,

     intrigués par cette intrusion, se sont précipités sur elle.

    Tant bien que mal Marie s'est relevée,

    et s'est empêtrée dans des arbustes tomenteux,

    dont les poils  lui ont chatouillé les jambes.

    Elle n'avait qu'une envie, rentrer chez elle au plus vite !

     

    Tout à coup, elle entendit une sonnerie,

    c'était son réveil,

    ouf tout cela n'était qu'un cauchemar !

     

    Vite, il lui fallait reprendre ses esprits,

    et se préparer pour son rendez-vous.

     

    Je l'attends, j'espère avoir bien choisi ma tenue.

    J'ai failli mettre un bibi,

    mais je me suis rendue compte

    que n'ai pas le physique pour porter ce type de couvre chef.

     

     

     Il faut que je sois à mon avantage,

    j'ai un rendez-vous galant,

    après ces quelques mois compliqués,

    j'ai besoin de légèreté.

     

     

     

     

    11 commentaires
  •  

    Dès lundi matin Zhom a profité de la possibilité

    de sortir sans attestation pour aller faire

    un tour en voiture.

    Et voici ce qu'il m'a rapporté

     

    du muguet cueilli dans les bois de son enfance !

     

    Mercredi, séance de drainage lymphatique à domicile,

    masquée toutes les deux, première visite d'une personne extérieure

    depuis deux mois !

     

    Jeudi matin, première sortie pour moi,

    dans une jardinerie,

    et comme la terre est bien humide, j'ai pu planter

     

    un lilas d'Espagne.

     

    un de mes deux hortensias, il faut vite que je trouve une place pour le second,

    car j'ai pu acheter de la terre de bruyère à la jardinerie.

     

    Dernier achat

    une suspension !

     

    J'ai comme tous ceux qui ont des lunettes

    constaté que le masque et les lunettes ne font pas bon ménage...

    Les miennes ne me servent qu'à lire les étiquettes,

    aussi je les avais le plus souvent à la main !

     

    Jeudi vers 13h, coup de sonnette,

    j'ai sursauté, et pensé que c'était le facteur,

    surprise c'était mon fils aîné,

    qui, en revenant d'une consultation à Grenoble,

    avait fait un détour pour voir sa maman,

    inutile de vous préciser que cela m'a fait

    immensément plaisir !

     

    Ils ont profité du confinement pour 

    refaire la chambre de ma puce.

     

     Tout a été changé, lit, peinture, tapisserie, rideaux !

    Elle nous a fait une vidéo pour nous faire visiter les lieux,

    elle était très fière de tout nous montrer ! 

     


    15 commentaires
  • Devoir du Goût N°38

     

     

    SUJET

     

    En cherchant chez Harold Harvey une œuvre qui au moins m’inspirerait

    pour le « devoir de Lakevio du Goût » ,

    j’ai vu celle-ci.

    Elle a immédiatement attiré mon attention

    car elle est liée à un souvenir qui aujourd’hui me fait sourire

    mais qui m’a terriblement mortifié et frustré quand est survenu l’évènement.


    Je suppose que vous aussi aurez quelque histoire à raconter à propos d’enfants,

    de jeu de billes ou simplement de campagne…

     

    Même si je jouais le plus souvent avec des garçons,

    je ne me souviens pas avoir eu des billes,

    alors, je vais me tourner vers mes souvenirs de campagne.

     

    La Varenne

     

    Enfant, lorsque j'habitais en Sologne, nous allions souvent

    chez un vieux monsieur, irlandais, qui habitait une ferme,

    c'était le lieu-dit La Varenne.

    Il nous faisait rire, lorsqu'il nous parlait

    de sa jeune sœur qui avait 82 ans.

     

    La Varenne maintenant (le champs ont laissé place aux arbres)

     

     Le monsieur était en partie aveugle, et portait toujours un béret écossais.

     

    La Varenne

    Il y avait les goûters, avec les tartines que nous faisions griller dans la cheminée,

     

    au bout d'une longue fourchette de ce type,

    pour les enfants, c'était chocolat chaud, et thé pour les adultes.

     

    Il y avait nos jeux de cache cache dans les ballots de paille,

    le vieux monsieur nous grondait, pas très fort, puisque nous recommencions.

    J'aimais rentrer les trois ou quatre vaches, et l'aider à les traire.

     

    L'été nous nous baignions dans le Beuvron, gris foncé,

    les bouses de vache n'étaient jamais loin.

     

    L'hiver, nous faisions de la luge,

    à Noël, il faisait le vrai pudding avec de la graisse de viande !

     

    Plus tard, il m'arrivait même d'y aller seule à bicyclette, le samedi,

    pour lui faire à manger, je me souviens que je faisais de la mousse au chocolat,

    je m'échappais avec grand plaisir de la maison familiale,

    j'avais entre 10 et 11 ans.

     

    Il m'est aussi arrivé d'y coucher avec ma meilleure amie

    (qui nous a fait nos masques).

    Je me rapelle qu'en ce qui me concerne,

    j'avais du mal à boire le lait trait de la veille...

     

    Que de bons souvenirs !

     

     


    22 commentaires