•  

    L'affaire, récente, du directeur d'école soupçonné de viols sur ses élèves,

    me  ramène à un passé douloureux !

    Comment peut on faire cela à des enfants ?

    Comment faire pour que cela n'arrive plus ?

     

     

    L'Aigle Noir

     

    Barbara en a fait une chanson.

     

    "Une interprétation psychanalytique de la chanson a été proposée par Philippe Grimbert1,2.

    Selon cette interprétation, la chanson décrit un rêve de Barbara, rêve dans lequel elle dort au bord d'un lac, jusqu'à ce qu'un aigle noir fasse irruption dans le ciel, troublant son sommeil.

    Barbara reconnaît cet aigle comme un personnage émergeant de ses souvenirs d'enfance, sans dire à l'auditeur de la chanson quel est ce personnage.

    Barbara aura à supporter le comportement incestueux de son père pendant son enfance.

    À l'âge de dix ans et demi, à Tarbes, son père abuse d'elle.

    Sa jeunesse bascule soudain « dans l'horreur » d'où personne, pas même sa mère, ne tentera de la sauver.

    Il recommence plusieurs fois, elle multiplie les fugues, en vain.

    Un jour, en Bretagne, n'en pouvant plus, elle se précipite à la gendarmerie, où son père vient la chercher et laisse entendre qu'elle affabule.

    L'affaire est classée.

    Elle refusera d'évoquer le drame en public, sauf dans ses Mémoires. " (wikipedia)

     


    L'Aigle Noir - Barbara par lemondedeyanis 

     

    L'Aigle Noir

     

    On ne s'en remet jamais...

    Je pense que si j'étais à la place des parents, 

    il faudrait me retenir pour ne pas être violente !!!

    Cela doit être tellement douloureux pour eux, 

    comme pour leurs enfants...

     

    L'Aigle Noir

     

    J'ai choisi de publier cet article, aujourd'hui 11 avril 2015,

    car cela fait 19 ans, aujourd'hui, que mon père est décédé,

    et que ma mère nie toujours notre souffrance,

    à mes sœurs, mon frère, et moi...

     


    4 commentaires
  • Parce que c'est compliqué à raconter.

    Parce que c'est compliqué à entendre.

    Et bien, on se tait.

    Tout juste, on effleure le sujet.

     

    Et lorsque l'on parle de coups reçus dans son enfance,

    nombreux sont ceux qui disent avoir été élevés à la dure.

     

    Dans son for intérieur, on se dit, oui mais moi c'était pire,

    mais on ne trouve pas les mots pour expliquer.

     

    Et il y a quelques jours, par le biais d'un réseau social,

    une amie d'enfance m'a contactée.

     

    Après quelques échanges concernant nos familles respectives,

    j'ai osé lui demander si elle avait eu conscience de ce que nous subissions.

     

    Et voici sa réponse :

     

    "Je comprends pour ta mère qu'elle porte ce souvenir de ton père ...

     ce ne serait pas vivable pour elle autrement ...

     je savais, j'avais remarqué et tes yeux en disais plus

     quand tu racontais que tu tombais dans les escaliers ...

     j'avais entendu mes parents sans qu'ils s'en rendent compte,

     c'était tabou de parler de ce qui arrivait aux enfants,

     et il circulait des trucs infâmes dans le bled...

     ton père nous terrorisait

     

    Vous viviez dans la terreur et nous avions vu

     étant chez vous un jour ...que faire que dire ...

     je sais aujourd'hui avec ce que j'ai vécu

     qu'il n'y a rien qui doive empêcher de dénoncer quoiqu'il en coûte ...

     

    Vous êtes forts tous, c'est si difficile de se construire

     en ayant été traités comme ça, il faut faire du chemin

     pour comprendre que ce n'est pas toi qui es en cause

     mais l'autre qui est dysfonctionnant...

     C'est délicat pour moi de te parler de ça

     après tant d'années mais je n'allais pas te mentir,

     sûrement pas, même si je sais que c'est très difficile de me lire ...

     vous étiez des enfants livrés à lui

     

    Ce sont aussi des impressions d'enfant

     et des souvenirs forcement exagérés et grossis.

     je l'espère ..."

     

     

     

     

    Malheureusement, non, rien d'exagéré...

    J'avais 11ans1/2 ( elle aussi) lorsque nous avons déménagé.

    Nous ne nous sommes jamais revues!

     

     

    Par la suite l'inceste s'est installé!

     

    Voilà, depuis, j'en suis toute retournée.

    Enfin quelqu'un admet ce que nous avons subi.

    Enfin le statut de victimes  semble pouvoir nous être attribué.

     

    Je comprends les victimes de tout acte barbare

    qui ont besoin d'un procès pour pouvoir

    repartir à zéro.

     

    Nous, rien....

    Le silence imposé.

    Par la famille,

    par souci de pudeur....

     

    Par contre mon amie semble avoir,

    elle aussi subi de la violence.

    Pas réussi à la faire parler!

     

    Voilà, je ne la remercierai jamais assez

    pour avoir eu la franchise

    de me dire !!!!

     

    Evidemment, nous avons vécu

    tout cela à une époque

    où on n'en parlait pas!

     

    A 14 ans, ma soeur ( j'en avais 15)

    a fait une tentative de suicide...

    Pas de suivi psychologique,

    Pas de questions,

    Rien, retour dans la famille !!!

     

    Maintenant ma mère nous dit :

    dans toutes les familles, il y a des problèmes.

    Elle interdit les gros mots,chez elle.....

    Elle interdit les téléphones portables, chez elle...

    Elle est pleine de principes!

     

    COMMENT PARDONNER ?

     


    Les Enfoirés - Qui a le droit par val6210 

     

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique