•  Devoir de Lakevio 

    Conduite de Nuit

    Tante Hibou

    Carrie Graber

     

    Incipit... Excipit

    D'un texte à l'autre.

     

    1) Commencez impérativement votre devoir par la phrase suivante :

    "Voici l'heure où commence l'histoire de Germaine Malorthy, du bourg de Terninques, en Artois."(emprunt à Georges, sous le soleil de Satan).

     

    2) Terminez impérativement par la phrase suivante :

    "La nuit noire et le bruit assourdissant des criquets s'étendent de nouveau, maintenant, sur le jardin et la terrasse, tout autour de la maison." (emprunt à Alain et sa jalousie).

    Entre les deux, casez ce que vous voulez.

     

    En voiture, lundi !

    Tante Hibou

     

    "Voici l'heure où commence l'histoire de Germaine Malorthy,

    du bourg de Terninques, en Artois."

    "La" Germaine dont je vais vous parler est née en 1895 dans l'Eure :

     

     

    Elle était la cousine germaine de ma grand-mère paternelle.

    Mes recherches en généalogie, m'ont permis

    de trouver qu'en fait la mère de l'une était la demi sœur

    du père de l'autre, leur grand père commun ayant été veuf et remarié.

     

    Germaine s'est mariée en 1917

     

     

    et a été veuve en 1926

    Vous voyez, c'est fou ce que l'on 

    peut trouver, maintenant en cherchant sur la toile.

     

    Je n'avais comme éléments concernant Germaine,

    que le nom et les dates de naissance de ses parents.

     

    Avec un peu de patience, j'ai trouvé qu'elle était née

    dans le même village que son père.

     

    Bon, j'ai eu de la chance, j'ai commencé mes recherches

    sur Bernay, là où se sont mariés ses parents,

    et là où elle habitait lorsque je l'ai connue,

    et puis ne trouvant rien, j'ai tenté le village d'origine de son père.

     

    Autre chance, en exergue de l'acte de naissance se trouvent

    sa date de mariage, ainsi que le lieu...

    Pour le lieu de son décès, c'est en Vendée,

    puisqu'elle habitait chez mes parents à l'époque.

     

    Je savais qu'elle avait été veuve, jeune,

    j'ai saisi le nom de son mari

    dans le moteur de recherche,

    et ai obtenu très vite de document ci-dessus.

    Voilà pour la partie généalogie, 

    trouvée sur la toile.

     

     

    Mon père est né en 1934,

    elle fut choisie pour être sa marraine.

    Il me semble avoir entendu dire 

    qu'il avait fait pas mal de séjour chez elle.

    Notamment qu'il lui avait volé une montre...

    Il l'a surnommée Tante Hibou,

    car elle peignait énormément,

    et que parait-il, c'étaient souvent des hiboux.

     

    Les souvenirs que j'en ai,

    lorsque nous allions chez elle à Bernay,

    c'est qu'elle habitait dans une grande maison bourgeoise,

    le sol dans les pièces étaient en parquet,

    et il y avait un panneau sur la porte :

    "talons aiguilles interdits".

     

    Elle nous a hébergé en 1961, 

    ma mère enceinte, ma sœur et moi,

    alors que mon père faisait son service militaire à Madagascar.

    Les parents de mon père ne voulant pas voir ma mère

    (mes parents s'étaient mariés en cachette)

    et les parents de ma mère n'ayant pas la place de nous héberger.

    Ce qui prouve qu'elle avait une très grande ouverture d'esprit.

    En fait c'était une femme indépendante,

    elle ne s'était pas remariée.

    C'est la dame le plus à droite (elle devait avoir 70 ans).

     

    Sa seule compagnie était son chien.

    Je l'ai toujours connue avec un chien.

     

    Voici celui qu'elle a longtemps eu.

     

    Elle voyageait beaucoup, pas en voiture,

    elle n'avait pas le permis.

    Elle aimait l'Angleterre,

    et y allait souvent.

    D'ailleurs elle avait, lorsqu'elle a habité chez mes parents,

    un scrabble anglais ( 2 W, 2 Y),

    pas simple d'y jouer avec des mots français...

    Elle a toujours dessiné, et peint.

    En fouillant chez ma grand-mère,

    j'ai trouvé un jour un carnet de ses dessins,

    et j'ai encadré celui-ci

     

     

     

    Elle a passé les dernières années de sa vie

    en Vendée, mes parents l'avaient accueillie,

    car elle ne pouvait plus vivre toute seule.

    A cette époque j'étais dans le Vaucluse,

    au milieu des criquets, elle est décédé à 87 ans.

    "La nuit noire et le bruit assourdissant des criquets s'étendent de nouveau,

    maintenant, sur le jardin et la terrasse, tout autour de la maison."

     

     

    J'ai conscience que c'est tiré par les cheveux,

    c'est le prénom : Germaine qui m'a fait penser

    à Tante Hibou.

    Quant aux criquets....


    12 commentaires
  • Le devoir de Lakevio 

     

     

    Norman Rockwell

     

    Les sourires peuvent cacher bien des choses

    ou révéler d'heureux ou surprenants moments...

    A quoi (à qui) pense donc Anna ?

    A qui  (à quoi) pense donc Edmond ?

     

    Je suis sûre que vous savez.

    Vous partagerez leurs pensées, lundi !

     

     

    J'ai hâte de voir Merveille dans sa robe de mariée,

    pense Anna.

     

    Mon dieu comme le temps passe, pense Edmond,

    il me semble qu'hier c'était notre mariage !

     

    Comme il est beau, mon Edmond,

    nous avons traversé des tempêtes,

    nous nous titillons toujours avec plaisir,

    cela nous permet de maintenir notre complicité,

    et de garder l’œil vif.

     

    Il y a longtemps que je n'avais pas vu

    Anna aussi émue, j'ai bien peur qu'elle n'ait

    la larme à l’œil lorsqu'elle verra Merveille et petite sœur.

    Pas certain que je n'en fasse pas de même !

     

    Comme je suis heureuse que nous puissions

    vivre ce grand moment ensemble,

    je vois l’œil d'Edmond qui frise,

    il me semble que la petite larme n'est pas loin.

      

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  • Le devoir de Lakevio

     

    Les dix à caser

     

    Ecrire un Conte, pour enfants ou adultes, intitulé :

    L'épouvantail, 

    en y incluant les dix mots suivants :

     

    épouvantail (évidemment !), cendre, escargot, tombereaux

    pourchassait, fondra, minuscule, vantard, amorce, Sud-africaine.

     

     

    Il était une fois un épouvantail,

    Qui avait peur de finir en cendres.

    Il rêvait de s’envoler, tel un oiseau,

    Pour échapper à l’enfant qui le pourchassait.

    Il pensait que la plume sur son chapeau,

    Lui permettrait de dire bye bye.

    Il espérait aller jusqu’à Pretoria,

    Cette belle ville Sud-africaine,

    Où fleurissent les jacarandas.

    Quand tout à coup,

    Un minuscule escargot,

    Vint lui lécher la peau.

    Ce vantard avait du bagou,

    Et à force d’arguments, l’empêcha

    De partir dans une contrée si lointaine.

    C'était l'amorce d'une grande amitié.

    Bientôt des tombereaux de neige,

    Blanchiront la campagne.

    Et lorsqu'elle fondra,

    Ils seront toujours ensembles,

    Et l’on chantera :

    "Un bel épouvantail, un minuscule escargot,

    S’aimaient d’un amour tendre".

     


    11 commentaires
  • Devoir de Lakevio

     

    Ce n'est pas ce que vous croyez

     

     

    Détournement d'image

    Un autre petit jeu : changez l'histoire.

    Non, elle n'a pas reconnu son mari ou son amant avec une autre.

    Saurez-vous donner un regard différent sur ce qui paraît évident ?

    Scenari à lire, lundi !

     

     

    Mais qu'ont ils à rire comme cela ?

    Oh, mais c’est mon patron et sa secrétaire.

    Ils sont tellement occupés, qu’ils ne m’ont pas vue !

    Voilà, qui pourra me rendre service,

    ils sont mariés tous les deux…

    Avoir quelques atouts dans son jeu, pour « survivre »

    dans le monde du travail, n’est pas négligeable,

    surtout depuis qu'il ne suffit plus

    de travailler consciencieusement

    pour avoir la certitude de garder son emploi.

     

     

    A vrai dire, je ne suis pas très satisfaite de mon devoir,

    un peu léger, mais je n'ai pas été hyper inspirée...

     

    J'ai connu dans ma vie professionnelle,

    un directeur de Centre de Vacances

    qui sortait avec la secrétaire,

    alors qu'il était marié,

    mais c'était un secret de polichinelle,

    ils s'étaient fait surprendre par de nombreux

    membres du personnel !

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique