• Injustice

     

    Le dernier devoir donné par le Goût,

    nous a donné l'occasion,

    aux uns et aux autres de parler de l'injustice de certaines punitions.

     

    Nous étions 4 enfants, 

    j'étais l'aînée avec respectivement,

    1 an et 6 ans d'écart avec mes sœurs, et 4 ans avec mon frère.

     

    Il n'était pas rare que nous soyons punis 

    tous les 4, pour une bêtise

    que l'un d'entre nous avait faite.

     

    Souvent, l'un en question, était mon frère,

    il ne se dénonçait jamais,

    puisqu'il n'était ni plus ni moins puni que les autres...

     

    Nous le savions, et subissions.

     

    Une fois, alors que nous voulions regarder

    "la piste aux étoiles",

    mon père a dit que c'était possible 

    si je faisais avec lui des exercices de calcul,

    (je venais de sauter une classe (CE2),

    et il me manquait quelques acquis).

     

    J'ai accepté, surtout pour ne pas

    que toute la fratrie soit privée de cette émission.

     

    Au bilan, mes sœurs et mon frère ont pu regarder,

    mais moi pendant ce temps là j'ai du bosser,

    et n'ai pu voir que les dernières minutes.

     

    Je me souviens que de surcroît 

    ma mère m'a grondée pour avoir accepté le deal !

     

    Réciter nos leçons était un vrai calvaire,

    cela prenait des heures,

    avec en supplément des mots à épeler,

    des coups (évoqués dans mes commentaires)

    des lignes à copier,

    après que ma mère nous ait passé de l'arnica.

    Parfois à 23h nous y étions encore.

     

    Alors en 6ème

    (j'avais entre 10 et 11 ans, puisque j'avais 1 an d'avance)

    j'ai décidé de ne plus aller réciter mes leçons !

    Mon père nous a tous privés de télévision à partir de ce moment là,

    mais je n'ai pas cédé.

     

    Voilà d'où est partie mon aversion pour l'injustice,

    et ma détermination dans certaines circonstances. 

     

     

    « Partie de TarotSoustraction »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Août 2019 à 11:21

    Tu as eu une enfance vraiment difficile.

    2
    Mercredi 21 Août 2019 à 11:24
    le-gout-des-autres

    Mais ce n'est pas de l'éducation !
    C'est de la maltraitance !

    3
    julie
    Mercredi 21 Août 2019 à 12:06
    Ton père était un sadique, un manipulateur… Ma mère, finalement était moins pire. Si elle nous punissait sévèrement, elle oubliait aussi très vite. Elle pouvait nous priver de télé, de repas (ah, la piste aux étoiles du samedi soir ou les émissions de Frédéric Rossif) et 5mn après nous dire de revenir.
    4
    delia
    Mercredi 21 Août 2019 à 13:11

    C'est dur en effet une vie d'enfant comme celle là. Personne ne détient le secret de la réussite de l'éducation mais quand même, il faut bien reconnaitre que chez certain, c'est gratiné. Quelle misère  !

    5
    Lundi 26 Août 2019 à 10:51
    Adrienne

    c'est terrible

    6
    Lundi 26 Août 2019 à 13:31
    Gwen

    J'ai été surprise d'entendre un jour ma fille dire que nous avions donné à elle-même et ses deux frères une jeunesse "incroyablement libre" comparée à celle qu'avait vécue son mari, tout étonné lorsqu'elle lui racontait ses souvenirs.

    Jusque là j'avais le sentiment d'avoir plutôt été une mère "pas facile", celle qui disait non à côté d'un mari papa-gâteau, mais en fait, nous étions très tolérants, je m'en rends compte maintenant... Mon mari était l'aîné de _, moi fille unique d'un vieux couple pas drôle...

     

    7
    Lundi 26 Août 2019 à 13:31
    Gwen

    aîné de huit enfants...

    8
    Samedi 31 Août 2019 à 16:51

     

    Oui, c'était de la maltraitance,

    et que cela puisse être reconnu,

    c'est bien... !!! 

    Merci à tous, pour vos commentaires.

    Bonne fin de we.

    9
    Mardi 3 Septembre 2019 à 12:25

    Merci beaucoup Fabie de m'avoir donné ce lien, j'ai lu avec émotion et compassion ce que tu as enduré étant petite (je me permets de te tutoyer)

    Je retrouve dans bien des aspects des choses que j'ai vécues, mon père était violent (des gifles tous les soirs, il nous faisait faire les devoirs à ma soeur et à moi jusqu'à 21h pour elle, 23h/minuit pour moi), je me couchais les joues brûlantes et pleine de larmes et j'ai grandi dans la peur.

    Mais on ne sait jamais rien des choses et mon intérêt depuis toute petite pour l'histoire de ma famille, la généalogie m'a permis de comprendre bien des choses. Ce serait aujourd'hui je suppose qu'on nous aurait enlevées à nos parents, aurions-nous été plus heureuses? comment savoir..

    Merci et belle journée à toi

      • Jeudi 5 Septembre 2019 à 11:22

         

        Comprendre les choses, j'ai essayé,

        mais rien ne peux justifier la violence sur ses enfants !

        Je vois qu'effectivement, nos leçons récitées

        à toi et à moi se ressemblent étrangement,

        merci d'être passée me lire, et d'avoir commenté.

        Bonne journée Ambre.

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :