• Emouvant

     

    Hélène Muyal-Leiris, 35 ans, tuée au Bataclan. Mère d’un petit garçon de 17 mois à peine, elle était maquilleuse-coiffeuse à Paris et travaillait dans la mode ou sur des tournages. 

     

    Texte de : Antoine Leiris

    “Vous n’aurez pas ma haine”

    Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

    Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

    Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

    Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus fort que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

     

     

     

     

     

    Emouvant

    « Un peu de DouceurLe Temps qui passe »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 22:25

    J'avais lu ce texte il y a déjà quelques jours !

    Quel "force a ce père et mari....

    Bisous

    2
    veronica
    Samedi 28 Novembre 2015 à 12:00

    effectivement très émouvant ce texte.......mais si cela arrivait chez moi,  je crois, je suis même sûr, que je ne  pourrais pas réagir comme ça, je suis désespèrée depuis ces attentats.......et j'ai vraiment "la haine"

    bisous fabie

    3
    Samedi 28 Novembre 2015 à 13:13

    La haine est "un sentiment "qui m'est étranger depuis mon EMI.

    pourquoi je ne sais pas,tant de choses ont change en moi.....

    Je comprends ce que dit Veronica.

    Je comprends et je trouve bon qu'elle l'exprime mais

    ........

    Bises a toutes les 2

    Sabine

    4
    julie
    Samedi 28 Novembre 2015 à 18:35

    J'ai vu cet hommage à une femme chérie sur différents blogs et sur Twitter.J'ai aussi failli la mettre sur mon blog. Cet hommage est émouvant. Mais, j'ai lu aussi des commentaires débiles et cons sur msn par exemple. Comment des êtres humains peuvent-ils être aussi cons ! Bon, d'accord, la connerie n'a pas de limites.

    Je crois, moi-aussi que j'aurais la haine si on s'en était pris à mon fils. Pour moi, il n'y aurait pas de pardon...même avec la mort de ces êtres abjects. L'éducation, le milieu social, la pauvreté, on pourra dire ce qu'on veut, ça n'excuse pas la barbarie. D'accord pour un père d'éviter d'élever son enfant dans la haine de l'autre. Mais moi, je ne suis plus une enfant, plus besoin d'être éduquée. Ca me donne le droit d'avoir la haine. Enfin, encore mieux, je préfère effacer de mon cerveau ceux que je hais ou n'aime pas. C'est encore mieux. Sinon, ce serait encore leur faire trop d'honneur.

    Bon week-end. Ici, frisquet mais un peu de soleil.

     

    5
    Samedi 28 Novembre 2015 à 19:01

     

    J'ai trouvé cet hommage via facebook, et n'ai lu aucun commentaire.

    Je l'avais gardé pour cette journée d'hommage national, car il me semblait qu'il était une belle réponse à toute cette barbarie. 

    Oui, si on s'attaque à mes enfants ou petits enfants, je pense ne jamais pouvoir pardonner !

    Rien ne peut expliquer une telle violence, et ne pas avoir à les juger me convient très bien.

    Pas la peine de dépenser de l'énergie et de l'argent à des procès sans fin.

    Là, c'est un papa qui a un bébé à amener à l'âge adulte, le cheminement n'est pas le même.

    J'aime bien ton drapeau Juju smile, mais je vais aller te le dire chez toi.

    Merci mes belles pour votre passage, et 

     

    6
    mamyours
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 23:49

    qui peux nous empecher d'avoir de la haine !! bien souvent les gens ne le disent pas , ça fait pas bien !!! , tout ces innocents qui sont tues partout dans le monde , par des fous !!! comment peut on accepter ça cela ! moi je ne peux pas !!!!

    bonne nuit

    7
    Lundi 30 Novembre 2015 à 18:21

    je pense qu'on a tous lu ce texte poignant...ça me fait penser à la chanson de Serge Réggiani, "le petit garçon...bisous Fabie.

    8
    Mardi 1er Décembre 2015 à 16:45

    il faut une sacrée force de caractère pour dire ces mots

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :