•  

    Le Devoir du GOÛT N° 17

     

     

    SUJET

    Quelque chose m’est suggéré en regardant cette toile.
    Mais vous ? Que vous dit cette toile ?

    Si voulez bien faire ce « devoir de Lakevio du Goût », commencez-le par cette phrase

    « J’ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement, car la rue silencieuse bordée d’arbres que je revoyais dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier. »

    Et closez le par

    « Ce fut un chagrin désordonné. » 

     

    Bon, comme je l'ai écrit au Goût,

    cela va être un roman...

     

     

    « J’ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement,

    car la rue silencieuse bordée d’arbres que je revoyais

    dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier. »

     

    Que diriez vous de transposer le XVIème arrondissement,

     pour quelques jours, dans la Drôme, 

    où la neige est tombée abondamment sans discontinuer

    du jeudi 14 novembre à 11h du matin jusqu'au vendredi matin (vers 3 ou 4h),

    lorsque j'ai regardé dehors avec ma lampe frontale, à 3h, il neigeait toujours...

     

    C'était joli, mais j'étais contente que ce ne soit pas le jour

    où je doive aller  garder mes petits.

     

    Dès l'après-midi, plus de réseau sur nos téléphones portables.

    A 22h, plus d'électricité, donc plus de téléphone fixe !

     

    Photo prise le jeudi soir, environ 1 h avant la coupure de courant

     

     Vendredi matin, après avoir allumé la cheminée,

    trouvé des piles pour la radio, et pris notre petit déjeuner

    (heureusement nous cuisinons au gaz),

    et aussi une fois que Zhom ait déneigé à la pelle devant sa voiture,

    nous voilà partis faire des courses.

     

    Route déviée pour aller chez le boucher,

    un camion bouchait la route,

    mais nous le savons maintenant,

    derrière ce camion,  de nombreux arbres étaient couchés sur la chaussée.

     

    Photo prise une semaine plus tard, en revenant de chez le boucher

     

    Tous les arbres sont touchés, il a fallu couper les branches

    pour dégager le passage !

    Et de nombreuses routes étaient dans ce cas !

     

    Tant bien que mal nous sommes arrivés chez le boucher,

    car sur la déviation en pleine campagne, les voitures ne se croisaient pas...

    Le magasin était fermé.

    Nous avons donc rebroussé chemin, pour aller à la ville d'à côté.

    Route bien encombrée par les branches d'arbres, mais ouverte !

     

    Photo prise sur la toile, mais cela ressemblait bien à ça...

     

    Arrivés à la ville, nous avons vu que les magasins là aussi étaient fermés !

    De nouveau nous avons rebroussé chemin, pour aller dans un petit magasin

    où nous allons habituellement.

    Il  appartient à un agriculteur, et nous avions vu qu'un gros groupe électrogène y avait été installé.

    Comme il était encore tôt, nous avons trouvé de quoi manger pour le we.

    Par contre pas de pain, ni dans ce magasin, ni à la boulangerie du village,

    boulangerie ouverte pour écouler les denrées de la veille,

    mais fermée dès l'après-midi.

     

    Le vendredi après-midi nous avons entrepris d'aller

    dans une zone commerciale à 15 kms,

    pour acheter du pétrole pour la lampe.

     

    Là, oh miracle il y avait du courant, et du réseau.

    Nous en avons profité pour donner de nos nouvelles,

    et en prendre...

     

    Dans le magasin de bricolage les gens cherchaient des chauffages d'appoint,

    et des groupes électrogènes.

    Nous nous sommes contentés du pétrole.

     

    Nous sommes rentrés, et avons passé les vendredi, samedi

    et dimanche à écouter radio France bleue Drôme Ardèche,

    pour nous tenir au courant de l'avancée des réparations.

     

    On nous a dit que 80% des foyers retrouveraient l'électricité le samedi,

    et pour les 20% restant, ce serait le dimanche.

    Dimanche matin, nous étions donc confiants...

    Mais du matin jusqu'au soir les chiffres n'avaient pas bougé,

    70 000 foyers sans électricité...

    Il y a eu au plus fort de la crise environ 320 000 foyers impactés,

    dans les départements Loire, Isère, Ardèche, Drôme,

    la Drôme étant le département le plus touché.

     

    Lundi matin, nous avons donc tenté d'aller faire des courses dans la ville d'à côté.

     Les magasins étaient ouverts.

    Mais plus aucune piles pour notre radio

    (elles avaient rendu l'âme le lundi au réveil),

    nous avons fait 4 magasins...

    Plus d’allumettes, non plus !

     

    Du coup, dans la foulée nous sommes retournés

    dans la zone commerciale dans le magasin de bricolage,

    là, j'ai pris les dernières piles !

      

    Lundi, 19h, miracle le courant est revenu !

    Tour du freezer et du congélateur pour voir l'état des denrées !

    Pas trop de mal, les glaces foutues, quelques viandes décongelées,

    et nous avons mangé des ravioles 3 soirs d'affilée.

     

    Nous avons eu de la chance,

    même si le lundi il ne coulait plus qu'un filet d'eau,

    nous en avons toujours eu.

    Nous avons une cuisinière à gaz, et une cheminée !

    Certains n'avaient ni chauffage, ni moyen de faire cuire leurs repas

    voire même ni eau...

    Quand on pense qu'on voudrait que nous roulions avec des véhicules électriques...

     

    Ce vendredi il y a encore environ 1 000 foyers sans courant,

    Enedis pense que dimanche (donc hier lorsque vous lirez)

    tout sera rentré dans l'ordre !

     

    Enfin, tout le monde aura du courant, 

    mais c'est souvent grâce à des groupes électrogènes,

    200 en tout, venus d'un peu partout en France !

     

    De quoi péter un câble !

    Parmi les 200 déjà installés, des pannes de groupes électrogènes ont été constatées à Chabeuil, Portes-lès-Valence et La Chapelle-en-Vercors. "En moyenne, c'est 1 000 litres de fuel à réalimenter toutes les 24 heures, explique Jeanine Doppel, or on n'avait pas assez de transporteurs." Le préfet de la Drôme a pris un arrêté pour réquisitionner les transporteurs de fuel afin de prêter main-forte à Enedis. 

     

    Et les réparations sur le réseau vont prendre au moins un an !

     

     

     

    Ce qui est révoltant, c'est que ces groupes électrogènes

    aient été parfois siphonnés pour en récupérer le gazole !

    Que des groupes électrogènes aient été volés chez des particuliers !

    Que certains hôteliers en aient profité pour augmenter leurs prix,

    alors qu'il fallait loger des naufragés de la route.

    Que certains employés d'Enedis aient dû coucher dans leurs camions,

    (c'est un employé de la Lorraine qui l'a dit à un commerçant,

    il a même ajouté que dans ses pires cauchemars, il n'aurait jamais imaginé une telle situation

    tellement le réseau était mal entretenu...) !

    Lorsque nous avons appris tout cela

    « Ce fut un chagrin désordonné. » 

     

     

     


    19 commentaires
  • Devoir du GOÛT N° 15 (ter)

    SUJET

     

    Degas est exposé à l’Opéra.
    Bien qu’avant je doive aller au musée du Luxembourg voir l’exposition sur les peintres anglais, je ne résiste pas à anticiper le plaisir que me causent les toiles de Degas.
    Dites moi ce que vous inspire cette « Femme essuyant son pied », un des nombreux nus de « femme à sa toilette » de Degas, à croire qu’il passait sa vie dans une salle de bain qui n’était pas la sienne.
    Je sais bien que vous préféreriez que ce soit une femme qui vous présente ce genre d’œuvre et vous demande ce que vous en pensez.
    Hélas, lectrices chéries, il se trouve que je ne suis pas une femme.
    Mais j’ai toujours trouvé que les femmes étant les choses les plus magnifiques que la nature a créées je pouvais vous le demander.
    N’en déduisez pas que je ne pense qu’à « ça ».
    Bon, j’y pense aussi mais pas en classe.

     

     

    Vendredi, en début de matinée,

    lorsque j'ai vu le tableau ci-dessus,

    je me suis dit que j'allais m'en sortir par une pirouette,

    du type :

    "il fait froid, vivement que je me sèche et que je me rhabille."

     

    Et puis, en repassant lire si il y avait des commentaires,

    le tableau avait changé, c'était celui-ci

     

     

    Du coup, si le premier m'inspirait peu,

     celui-ci me rendait perplexe.

    Mais comme le Goût se décarcasse pour nous trouver des sujets,

    (qu'il en soit remercié)

    j'ai commencé à réfléchir à ce que je pourrais en dire, et j'avais trouvé :

    " je n'aime pas les natures mortes, que dire de celle-ci l'est doublement ?" 

    Puis après avoir commenté l'article d'Heure Bleue,

    je suis repassée sur le blog du Goût pour voir les nouveaux commentaires,

    quelle surprise de voir

    que le tableau était de nouveau celui du début de matinée.

     

    Ce n'était pas la danse des canards,

    mais la valse des tableaux yes

      

     


    10 commentaires
  • Devoir du GOÛT N° 14 (fin des vacances)  

     

     SUJET

    À vous, elle vous dit quelque chose, cette toile de Matteo Massagrande ?
    Parce qu’à moi elle rappelle quelque chose.
    Quelque chose de lointain mais bien gravé dans la mémoire…
    Vous nous le raconterez lundi ?
    Ce sera la rentrée.

     

     

    A première vue, ce tableau ne m'inspirait pas,

    et puis j'ai trouvé à quoi il me faisait penser.

     

    Vous voulez voir l'intérieur de ce bâtiment ?

    Le voilà 

     

    Si vous cliquez sur ces 2 photos, vous en verrez d'autres.

     

      

    Lorsque je suis arrivée dans la Drôme en 1983

    il était encore en bon état !

    Il est situé en plein coeur

    de la forêt de Saoû.

     

     

    Cette auberge

    a été construite en 1928 à la demande

    du propriétaire de la forêt : Maurice Burrus.

    Il avait voulu une réplique du Petit Trianon.

     

     

    Auberge des Dauphins, forêt de Saoû (Drôme)
    Photographie des années 1930
    Photo : Exposition Maurice Burrus, Saoû, septembre 2009

     

    Elle a été classée 2 macarons et 3 fourchettes

    au guide Michelin.

     

     

     Lorsque la forêt a été achetée par des investisseurs,

    l'auberge a été laissée à l'abandon, et vandalisée...

     

    Depuis 2003, elle a été rachetée par le département,

    et doit devenir un musée en 2020.

     

    • Au rez-de-chaussée, le public sera accueilli dans l'ancien salon doré entièrement restauré et composé d'un espace de restauration, d'informations, de rencontres avec les écogardes et d'un cabinet de curiosités.
    • Le premier étage proposera des salles d'exposition permanente et temporaire sur la découverte du massif de Saoû, sa géologie, sa biodiversité, son histoire et des ateliers pédagogiques.
    • Le toit-terrasse offrira une déambulation libre, des expositions temporaires, des événements culturels et un point de vue privilégié sur le massif de Saoû.

     

    La forêt de Saoû est un superbe lieu de balade.

    J'habitais à 5 km lorsque mes enfants étaient petits,

     nous  allions souvent nous y  promener.

     


    12 commentaires
  •  Devoir du GOÛT N° 13

     

    SUJET

     

    Que fait-elle là, qui semble isolée du groupe ?
    Elle semble penser à autre chose.
    Mais à quoi ?
    Peut-être le savez-vous.
    Si vous le savez, dites le, comme toujours dans la zone commentaire de mon devoir.
    Celui que j’aurai fait lundi.

     

      

    Je m'appelle Foriane,

    je viens de rejoindre les étoiles.

    Je fais partie des 100 femmes,

    en France,

    qui seront mortes, du cancer du sein,

    en ce mois d'octobre rose.

     

    J'erre entre ciel et terre,

    en attendant la cérémonie qui aura lieu cet après-midi.

    J'ai 42 ans, deux enfants que j'abandonne en chemin.

    Je me suis plainte longtemps de douleurs dans le dos,

    on a voulu que j'aille voir un psy...

    Puis on a bien voulu m'écouter,

    j'ai passé un scanner,

    trop tard !

    Les métastases avaient envahi mon squelette,

    c'était le cadeau, caché, d'un cancer du sein "soigné" 

    quelques mois plus tôt !

     

    Alors octobre rose, oui pour sensibiliser

    les femmes, et leur dire l'importance

    de surveiller leur corps.

     

     

    Mais quid de l'écoute des médecins lorsque 

    l'on est jeune et qu'on sent quelque chose de "louche" ?

    Quid de  l'écoute des médecins lorsque 

    l'on se plaint de douleurs après les lourds traitements du cancer ?

     

    Pour moi, c'est fini,

    j'ai déjoué les pronostics pour rester 

    le plus longtemps possible auprès de ma famille.

    (cliquez pour lire Isabelle)

     

    Mon message pour le monde médical est :

    arrêtez de culpabiliser les personnes atteintes de maladies graves,

    et sachez les écouter pour que les traitements soient entamés

    le pus tôt possible !

     

     

    Je suis désolée de revenir une fois de plus

    sur ce douloureux sujet.

    Mais  les mots d'Isabelle de Lyon

    m'ont révoltée lorsque je les ai lus,

    et je voulais partager cette révolte.

    Le GOÛT m'y a aidée avec ce tableau.

    De plus Floriane est la fille d'un commerçant

    de la petite ville d'à côté, où nous allons faire nos courses.

     

    Encore une étoile


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique