•  

    En voyant mon titre,

    vous allez vous dire

    elle perd la boule

     

    Nous venons de garder, durant

    3 jours, ma petite puce.

    Elle ne dit pas :

    s'il te plait,

    mais :

    plait plait plait.

    Comment ne pas fondre...

    Plait plait plait mamie Fabie :

    - on joue

    - bonbon

    - on va voir les poules (du voisin)

    etc...

    Et si on ne cède pas au premier coup,

    elle insiste avec un air désespéré

    en appuyant sur chaque "plait"

    plaiait plaiait plaiait !

     

     

    Après son départ,

    la maison ressemblait à 

     

     

    Et hier soir, à peine couchés, à peine endormis.

    Mais quel bonheur, 

    et je sais qu'il faut vite en profiter,

    car lorsqu'ils grandissent, nous sommes

    bien moins intéressants pour eux.

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Comme l'a préconisé Juliette

    je poste une photo d'église

    en hommage à ce prêtre assassiné...

     

     

    Fête du Poisson à Croix de Vie (Saint Gilles Croix de Vie 85)

     

    En fait je n'ai pas beaucoup de photos d'églises en stock.

    Une fuite, très certainement, envers la religion catholique,

    dont on m'a dégoûtée, par tant d'hypocrisie.

    Ce n'est pas le moment d'exposer toutes les raisons

    pour lesquelles je m'en suis éloignée, je le ferai en des temps plus calmes,

    si toutefois cela peut encore exister!

     

    19 ans, des gamins...

    endoctrinés, par des barbares sans vergogne.

     

    Je n'ai pas peur pour moi,

    mais pour mes enfants et petits enfants.

     

    D'ailleurs je retourne à mes coloriages

    avec ma petite puce.

     

    Une Eglise

     

     


    3 commentaires
  •  

    Terrible, terrifiant, horrible, atroce...

    Voici les quelques mots qui me viennent

    à l'esprit après ce qui vient de se produire

    à NICE .

     

     

     

     

    Toutes ces familles endeuillées par la cruauté d'hommes sans cœur !!! 

    QUELLE TRISTESSE !

     

     

    Un poème de Agnès Lediig(page facebook)

     

    Je voudrais être...
    Ce petit arbre sur la colline
    Ou ce nuage dans l'atmosphère
    Pour ne pas voir qu'on assassine
    Nos enfants, nos soeurs, nos frères.

    Je voudrais être...
    La caresse du vent dans les herbes folles
    Ou le rouge d'un coucher de soleil
    Loin de la foule qu'on affole
    Et de la haine, tapie, qui veille.

    Je voudrais être...
    La douceur d'un enfant qui sourit
    La mélodie d'un chant joyeux
    Pour oublier qu'on nous a pris
    L'innocence de gens heureux.

    Je voudrais être...
    Le souffle d'un bel amour pur
    A la conquête des coeurs cassés
    Du beau, du calme, du bleu azur
    Du merveilleux sur le passé.

     

    9 commentaires
  •  

     

    Comme chaque année,

    je regarde le Tour de France à la télévision.

     

    Deux des villes étapes de cette année

    me rappellent des anecdotes avec mes grands parents.

     

    Arrivée du dimanche 3 juillet 2016

    CHERBOURG:

     

    Je suis incapable de remémorer l'année exacte,

    mais je pense que c'est 1964/1965.

    Nous étions donc en vacances,

    ma sœur et moi

    15 mois d'écart

    chez mon oncle maternel.

    Mon oncle et ma tante, travaillant,

    mes grands parents maternels étaient

    aussi à Cherbourg pour nous garder.

    Ils étaient tous les deux

    sourds et muets (enfin muets, jusqu'à un certain point).

    Un jour où nous étions en promenade avec eux,

    notre grand mère s'est énervée contre nous,

    (elle parlait à sa manière, et souvent nous ne la comprenions pas)

    cela ne nous a pas plu !

    J'ai donc murmuré quelque chose à ma sœur,

    et cela ne devait pas être sympathique.

    Ce que j'avais oublié, c'est que ma grand mère

    lisait sur les lèvres.

    En colère contre nous, elle est repartie à l'appartement.

    Lorsque plus tard, nous sommes rentrés avec mon grand père,

    sans la clé, nous avons eu beau sonner,

    bien sûr, elle ne nous a pas entendus.

    Il nous a fallu attendre le retour de mon oncle,

    du travail, pour pouvoir rentrer !

     

    Arrivée du dimanche 10 juillet 2016

    ANDORRE :

     

    Deux années de suite, mes grands parents paternels,

    nous ont offert à ma mère, mes deux sœurs, mon frère et moi,

    des vacances en Andorre.

    Je situe ces vacances en 1967/1968.

    La première année mon grand père a décidé

    de nous offrir, à ma sœur (la même que dans l’anecdote précédente) 

    des cours de natation.

    Le professeur ne parlait pas français, il y avait donc une interprète.

    Il nous a mis sur une table,

    et nous a fait faire les mouvements de la brasse.

    Lorsque nous sommes allées dans la piscine,

    j'ai tout de suite reproduit les mouvements, et j'ai nagé.

    Le professeur par l'intermédiaire de l'interprète m'a demandé

    si j'avais déjà nagé, la réponse était négative.

    Nous avons eu deux cours .

    En effet mon grand père avait payé les cours à l'avance,

    et le troisième jour le professeur s'était fait la malle.

    Il a du considérer qu'il avait fait la moitié du boulot

    et que c'était bien suffisant.

    Ma sœur, n'a su nager que bien plus tard.

     

     

     Le samedi 16 juillet, nous serons aux premières loges, en effet le tour de france

    passera à 40m de chez nous !

     

     

     

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires