•  

    Mon fils a reçu un avis favorable pour remettre 

    des poules dans son poulailler.

     

     

    Cela n'aura pas été sans stress...

     

    Lors d'un premier contrôle, on lui a demandé

    ce qu'il comptait faire concernant les flaques qui étaient dans le parc.

    Il a répondu, dépité : "mais il a plu cette nuit"

    Les nanas qui venaient de la ville située à 20 kms

    ont répondu :"ah on ne savait pas"

     

    Il était donc angoissé avant le second contrôle,

    en souhaitant qu'il ne pleuve pas...

    On lui a fait nettoyer son bâtiment avec des produits

    qui ont donné cela 

     

    Bonne Nouvelle

     Nous n'osons pas imaginer ce que cela donnera

    si les poules mangent ces vers de terre....

    Les analyses n'ont pas décelé de salmonelles,

    donc après 4 mois de vide, tout rentre dans l'ordre.

    Mais désormais ce sera le stress à chaque analyse !

    Il a partagé sur facebook ces photos

    Et j'ajoute des photos prises

    du temps où je vivais en HLM à Crest 

         Bonne Nouvelle

     Innondations dûes aux mauvais écoulements de l'appartement 

    au dessus (les dégâts nous ont empêchés d'utiliser la douche durant 8 mois)

    aucun dédommagement !

    Et cadavre d'un rat, il y en a eu plusieurs...

    Les normes dans les poulaillers sont plus contraignantes 

    que dans les écoles et les HLM ....

     

    Du bonheur avec une photo de son anniversaire 

     

     

    Bonne Nouvelle


    7 commentaires
  •  

    Samedi après midi, nous avons décidé d'aller faire quelques courses.

    Je suis sortie chercher un sac, ramasser quelques vieux jouets

    d'Idem pour les porter à la déchetterie, et suis allée à la voiture.

    Zhom m'a rejointe et nous sommes partis.

    Nous lui avons trouvé un jean , pas cher,

    un polo très sympa, et un petit sac à main pour moi, pour les balades en moto.

    Nous étions très contents de nous, car tout cela a été trouvé dans le même magasin,

    Gam Vert, le tout de bonne qualité.

     

     

    Arrivés devant la maison, comme à l'accoutumée,

    je cherche la clé dans le vide poche, qui se trouve entre nous.

    Rien !

    Je lui demande où il avait mis la clé, car c'était lui qui était sorti

    de la maison en dernier.

    Là, il a tout de suite compris le problème, car il avait bien conscience

    qu'il ne l'avait pas prise.

    " Comment on va faire?" me dit il , inquiet.

    " Ben je vais passer par dessus le portail", répondis je.

     

     Portail automatisé, avec ouverture sur un boitier dans la maison

     

    Donc première opération, arriver à monter sur la partie basse,

    située à 85cm du sol (j'ai mesuré depuis).

    J'ai mis un pied, et zhom m'a poussé les fesses.

    Une fois les deux pieds posés, il fallait arriver à enjamber ( 93cm de plus)

    Là, j'ai levé la jambe, mais je n'arrivais pas à la soulever

    assez haut, donc zhom l'a poussée.

    Puis je me suis retrouvée à cheval sur le portail.

    J'ai posé le pied sur la partie basse, et zhom a fait passer la deuxième jambe.

    Voilà, avec les deux pieds de l'autre côté, plus qu'à sauter,

    et j'ai trouvé la clé, sur la porte d'entrée.

    Ouf, nous nous en sommes bien sortis !

    D'habitude, avant de fermer le portail, celui qui le ferme

    demande toujours à l'autre : "tu as la clé".

    Ben là, NON ....

     

      

     

     


    8 commentaires
  •  

    Aujourd'hui avaient lieu les obsèques du papa de deux amis (frère et sœur).

    94 ans, c'est dans l'ordre des choses...

    C'était émouvant.

    J'aime les témoignages des petits enfants, 

    grâce à eux j'ai eu une image de cet homme que je ne connaissais pas.

     

    Un papy proche de ses petits-enfants, toujours prêt à les aider.

    Un papa dont les enfants ont dit qu'il avait ouvert leur curiosité 

    au monde qui les entoure.

    Un homme engagé dans le mouvement Jeunesse Agricole Catholique.

    Le prêtre, qui est un de ses amis, a été super,

    un de ceux qui pourraient  nous convaincre de retourner

    dans une église...

    De la musique, superbe, car une de ses filles est saxophoniste,

    et c'est elle qui l'a accompagné tout le long de la cérémonie.

     

     

    Lors de telles cérémonies, l'esprit s'évade toujours un peu,

    et nous ramène à notre histoire.

    Mes parents nous ont tenus à l'écart des enterrements

    de nos grands-parents, c'est pour cela que je suis émue

    lorsque j'entends des petits enfants témoigner sur les leurs.

    Mon père est mort à 62 ans, et ma mère n'a pas voulu de cérémonie.

    Juste quelques minutes, à la chambre funéraire, à peine une quinzaine de personnes,

    avec le corps même pas mis dans un cercueil, et il a fallu bagarrer pour qu'il soit couvert....

    Bizarre ce reniement de la mort...

     

     

    Demain, mammographie...

     

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Février, c'est le mois anniversaire de mes deux fils.

     

     

    Le 31 janvier 1987, nous étions en train de peaufiner le faire part

    de naissance de mon aîné.

    Le futur papa me dit :"tu penses que l'on peut mettre février?"

    Je lui réponds : "oui" , il était 10h du soir, et je ne sentais rien venir wink2

    A minuit, je me précipite aux toilettes, et reviens dans la chambre

    et lui dis " je crois que j'ai perdu les eaux".

    Voilà, mon fils est né le 1er février à 7h 30.

     

    Le papa avait déjà 2 garçons, que nous avions un we par semaine

    (du samedi midi, au dimanche soir), soient 2 nuits par mois.

    Et bien, le 31 janvier était un samedi, et ils dormaient à la maison.

    Je ne pouvais pas mieux choisir...

    ou plutôt mon aîné ne pouvait pas mieux choisir yes

     

     

    Le papa m'a donc emmenée à la maternité, et est rentré se coucher.

    Il faut dire que si j'avais perdu les eaux, je n'avais aucune contraction.

    La sage femme est venue m'examiner, et est repartie, elle aussi,

    se coucher.

    A 6h30, lorsqu'elle est revenue, et qu'elle m'a examinée

    elle m'a grondée de ne pas l'avoir faite appeler,

    car l'accouchement était proche.

    Moi, j'étais à l'hôpital, donc en sécurité, et j'ai eu mes contractions

    sans chercher à en comptabiliser la fréquence.

    Elle a donc appelé le papa qui a pu assister à la naissance.

     

    Nous avons eu quelques frayeurs, car après quelques poussées,

    elle a demandé à l'aide soignante d'appeler le gynéco,

    or pour travailler à l'hôpital, je savais que le gynéco n'assistait pas aux accouchements,

    alors un dimanche, au petit matin de surcroît, cela n'était pas bon signe !

    A la poussée suivante, je me suis dit : il faut absolument qu'il sorte,

    j'ai poussé très fort, en même temps elle m'a fait une épisiotomie,

    et Jean Charles est arrivé, le cordon ombilical autour du cou.

    Par la suite, alors qu'elle me recousait, elle m'a demandé :"ça va",

    j'ai répondu : "j'ai l'impression que je vais ressembler à un vrai canevas"

    mais le bonheur d'avoir mon premier bébé effaçait toutes les douleurs.

     

     

      Et maintenant c'est lui qui est papa

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires